Top 10 des Films à voir sur la Street Culture et le Hip-Hop

Etant un grand fan de cinéma et de tout se qui se rapporte de près ou de loin à la street culture, j’ai décidé de concilier les deux au sein d’une liste regroupant les 10 films fondamentaux de la street culture.

En effet, le cinéma n’est-il pas le meilleur vecteur pour comprendre se qu’est la culture street et se qui en découle? Il apparait essentiel d’avoir vus ces films pour comprendre les références qui y sont faites, dans le rap ou dans la vie de tous les jours.

De plus, le cinéma est souvent le reflet d’une époque, et permet, le temps du film, de la revivre, car comme le disait Godard  » la photographie, c’est la vérité et le cinéma c’est 24 fois la vérité par seconde ». Allez, c’est part !

1- Scarface

Il aurait été pour moi impossible de ne pas inscrire ce film en premier sur la liste, tant son influence sur la culture street est immense.

Le film est très plébiscité par les rappeurs du monde entier, et les exemples ne manquent pas: Rohff à fait un son présent sur la BO du jeu, Puff Daddy l’a vu plus de 60 fois, un rappeur US en à même fait son blase.

Pour l’anecdote, les agents des Stups retrouvent toujours un poster du film lors des perquis’.En effet, Tony Montana incarne le côté sauvage du rêve américain, lui qui est né dans la pauvreté et issu de l’immigration cubaine.

Il est alors aisé de comprendre pourquoi ce film est un véritable phénomène de société, en France comme aux USA, et en particulier au sein des populations défavorisées.

Surestimé pour les uns, chef d’œuvre pour les autres, le gangster cocaïné ne laisse personne indifférent.

Bref, comme le disent les X-men dans Retour aux pyramides: « Les petits bandent devant les films de gangs. Vite on t’a tomi, monte, stop ta vidéo de Montana Tony. »

2- Les Blancs Ne Savent Pas Sauter

Sûrement le titre le plus original et direct jamais trouvé, d’autant qu’il résume assez bien le film, qui à 10 ans cette année.

Film les blancs ne savent pas sauter
Film les blancs ne savent pas sauter

Le pitch? Comment deux joueurs de basket-ball de rue vont faire équipe pour rançonner a coups d’arnaques les joueurs les plus coriaces des terrains publics de Los Angeles.

Le film est une comédie plutôt légère reposant sur fond d’amitié entre un Blanc et un Afro-américain, mais si il a acquis le statut de film culte c’est pour  les séquences de baskets super bien réalisées car on peut y voir bon nombre de sneakers des 90’s et notamment les Nike Air Command Force, portées par Woody Harrelson et les Nike Air Force 180, celles de Wesley Snipes. Un classique à voir ou à redécouvrir.

3- Retour vers le futur 2

Mais que vient faire ce film dans un tel classement me diriez-vous? Et bien tout simplement à cause des fameuses Nike Air Mag sorties l’année dernière. Impossible que vous soyez passé à côté.

Sujet en relation  Top 10 des Sneakers les plus confortables et tendances du moment

En réalité, elles apparaissent dans Retour vers le Futur II, sorti en 1989 et qui se déroule en 2015. Dès lors, tout se l’ayant visionné rêve de les chausser.

Après de nombreuses demandes et pétitions de fans, Nike se décide finalement à les éditer, mais privé de l’auto-lace. Malgré tout le nombre est limité à 1500 paires et le prix est excessif, autour de 10 000$ sur ebay.

Qu’importe, les Air Mag restent l’une des paires les plus incroyables au monde. On peut aussi apercevoir une paire de Nike Bruin en toile avec le swoosh rouge dans le premier Retour vers le Futur…

4- Do The Right Thing

Classique des 80’s et réalisé par Spike Lee, Do The Right Thing présente une journée dans le quartier noir de Bedford-Stuyvesant, situé à Brooklyn, marqué par la pauvreté et le chômage.

Dans un tel environnement urbain, on retrouve un thème cher au réalisateur, celui du racisme et du communautarisme, au travers de personnages hauts en couleurs et stéréotypés, comme le légendaire Radio Raheem ou encore Buggin’ Out.

C’est d’ailleurs se dernier qui se trouve au cœur de la scène la plus culte du film pour les sneakers addicts car il se fait piétiner sa toute nouvelle paire de Air Jordan IV.

Pour le reste, je ne préfère pas trop vous en dire afin de ne pas vous gâcher le plaisir. Je vous recommande néanmoins de le voir plusieurs fois pour en cerner toute l’ambiguïté car bien qu’il apparaisse comme un film plutôt comique, la portée sociologique et les thématiques sont plus complexes qu’il n’y parait.

5- La Haine

Enfin un film français dans le top 10 ! Réalisé par le controversé Mathieu Kassowitz, La Haine suit la journée de trois jeunes de banlieue, Vinz, Said et Hubert, de leur ennui dans la cité jusqu’à leurs périples dans Paris.

Le film est très proche de Do The Right Thing, on y voit des personnages sans espoir, enfermés dans leur quotidien et qui sombrent inévitablement dans la violence et les trafics, rejetés par la société et lancés dans une lutte contre toute forme d’autorités, souvent représentés par la police.

Le film est ainsi une excellente réflexion sur la société, et bien qu’il date de 1995, on se rend compte que la situation est restée la même dans les cités de France.

La scène culte du film est celle de Vinz imitant Travis Bickle, le héros de Taxi Driver, dans sa salle de bain. Mais rappelez-vous, se qui compte ce n’est pas la chute mais l’atterrissage.

6- Juice

Juice est le film street par excellence possédant une caractéristique importante: Tupac joue dedans. Il incarne le rôle de Bishop, un jeune Noir, obsédé par le respect et qui va tout faire pour devenir un des mecs les plus admirés du quartier.

Pour ce faire, lui et son crew décide de braquer l’épicerie du coin. Mais cela tourne mal, et Bishop devient complètement parano.

Sujet en relation  Nike Air Max 1 Top 10 des meilleurs coloris de tous les temps

Franchement, le film vaudrait le coup d’œil rien que pour Tupac qui est magistral, habité comme jamais en tueur psychopathe. Mais les autres acteurs du film sont aussi la hauteur ainsi que le scénar’.

De plus, l’ambiance early nineties est excellente et le film regorge de plein de scènes incroyables, comme le concours de Dj.

7- Boyz N The Hood

Boyzn the hood film culte de la street culture
Boyzn the hood film culte de la street culture

8- Menace II Society

J’ai décidé de rassembler ces deux films car je les trouve vraiment très proches l’un de l’autres. En effet, ces deux films ont pour sujet le ghetto afro-américain et apparaissent comme des témoignages poignants de la dure réalité des quartiers chauds de la cité des anges.

Le constat est le même que d’autres films cités plus hauts comme la Haine ou Juice: la violence permanente, les trafics, traîner sans but, et le manque d’espoir.

Ces deux films sont de véritables classiques, à tel point que Rockstar s’en est largement inspiré pour son GTA San Andreas et ils ont aussi été parodiés par les frères Wayans dans Spoof Movie, film à voir également.

A noter aussi que Ice Cube tient un rôle majeur dans le film et, tout comme Tupac, s’en sort vraiment bien.

9- New Jack City

On pourrait le résumer comme le Scarface « Noir ». Cité de nombreuses fois par le Roi Heenok en comparaison à celui-ci, New Jack City est un film de gangster fondamental de la culture street.

Cette fois-ci, Wesley Snipes ne joue plus le basketteur escroc et sympa, mais un dangereux dealer, aussi terrifiant qu’instable, et plus ghetto que Denzel Washington dans American Gangster. Malheureusement pour lui, son empire est mis en péril par deux flics, joués par Ice-T ( encore un rappeur acteur! ) et Allen Payne, qui ont tous deux souffert de la drogue. Un immanquable du genre.

10-Wild Style

Wild Style est LE film sur la culture hip-hop, le fondement de tout. Une sorte de bible si vous voulez… Il est le premier film sur la culture street et tout se qui l’entoure, comme le rap, le graffiti, le break dance et même le basket. Le film se centre sur Zoro, un virtuose du graffiti, (interprété par Lee Quinones, qui exerce réellement ses talents de graffeur dans le métro new-yorkais).

Il vit une histoire d’amour avec la reine du graffiti, interprétée par Lady Pink, elle aussi authentique star du graff, à la suite de quoi il va quitter les couloirs du métro du Bronx pour la gloire des galeries d’art de Manhattan.

Le réalisateur, sur cette simple trame, plonge au cœur de la scène rap originelle. L’occasion d’admirer en action les pionners du hip hop « old school » –comme le DJ Grand Master Flash ou les danseurs du Rock Steady Crew.

Le film apparaît aujourd’hui presque plus comme un documentaire qu’un film à part entière, sorte de genèse sur une culture quasi-dominante de nos jours.

What do you think?